Developpez.com

Télécharger gratuitement le magazine des développeurs, le bimestriel des développeurs avec une sélection des meilleurs tutoriels

Sphinx-doc

Logiciel relativement jeune, Sphinx-doc a su s'imposer très rapidement dans le milieu professionnel comme l'outil indispensable pour générer de la documentation de qualité.

Ce merveilleux outil est libre, puissant et disposant d'une large communauté d'utilisateurs, je vous convie ici à le découvrir.

9 commentaires Donner une note à l'article (5).

Article lu   fois.

L'auteur

Profil ProSite personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Introduction

Servant à la génération de documentation, Sphinx-doc est un logiciel libre qui, malgré sa jeunesse, est largement reconnu et utilisé dans le milieu professionnel.

Se reposant sur le langage Restructured Text, ou ReST, il permet à partir d'une même source de générer divers formats : HTML, LaTeX, man…

À travers cet article, nous allons voir l'ensemble des bases utiles et nécessaires permettant d'utiliser cet outil afin de créer de la documentation HTML et d'autodocumenter du code source Python.

II. Présentation

II-A. Historique

Créé en 2008 par Geord Brandl, Sphinx-doc visait alors à corriger un manque : la création de documentation pour Pythonhttps://docs.python.org/2/.

Il a été peu à peu adopté pour d'autres usages par la suite, dont entre autres la création de documentation de code source.

À ce titre, il a alors officiellement remplacé des outils tels qu'Epydoc.

II-B. Template

L'une des particularités, et des forces, de Sphinx-doc, c'est la possibilité de choisir un template permettant à la fois de modifier l'organisation de la page, mais également l'apparence visuelle (couleur).

Sphinx-doc est livré avec plusieurs templates de base, dont le template par défaut qui est extrêmement personnalisable.

Mais outre ces templates, vous pouvez également en trouver de nombreux sur le net, généreusement proposés par des membres de la communauté, avec plus ou moins d'options.

Enfin, sachez que si vous désirez développer votre propre template pour des raisons marketing par exemple, la documentation officiellehttp://sphinx-doc.org/theming.html?highlight=template#creating-themes vous fournit tous les éléments nécessaires à sa création.

Pour avoir une idée pratique de l'application de template, je vous invite à visiter la documentation de Python2.7https://docs.python.org/2/ & Python 3.Xhttps://docs.python.org/3/.

Quasiment tous les templates offrent un lien surnommé « show source ». Ce lien permet d'afficher la source ReST de la page que vous visualisez. Ainsi, si un élément vous plait, vous pouvez voir comment il a été codé.

II-B-1. Les templates standards

L'ensemble des thèmes livrés par défaut sont disponibles ICIhttp://sphinx-doc.org/theming.html?highlight=template#builtin-themes.

Comme vous pourrez le constater, il est fort probable que vous ayez déjà croisé un site exploitant Sphinx-doc, par exemple la documentation officielle de Python.

II-B-2. Personnaliser le template de base : default

Nous allons ici nous attarder un peu sur le template « default ». Pourquoi ce thème ? Tout simplement parce qu'outre le fait d'être le thème par défaut, et donc être disponible de base, c'est également un des thèmes les plus personnalisables.

Voyons maintenant plus amplement comment le configurer :

Image non disponible

Option

Type

Description

rightsidebar

true or false

Position de la barre de menu (à gauche (« false ») ou à droite).

stickysidebar

true or false

Barre de menu fixe (« false » ) ou non.

externalrefs

true or false

Afficher d'une couleur différente les liens internes et externes.

footerbgcolor

CSS color

Couleur de fond du pied de page.

footertextcolor

CSS color

Couleur du texte du pied de page.

sidebarbgcolor

CSS color

Couleur de fond de la barre de menu.

sidebartextcolor

CSS color

Couleur du texte de titre dans la barre de menu.

sidebarlinkcolor

CSS color

Couleur de texte liens vers les pages de la doc.

relbarbgcolor

CSS color

Couleur des barres haut et bas.

relbartextcolor

CSS color

Couleur du texte de titre.

relbarlinkcolor

CSS color

Couleur du texte lien.

bgcolor

CSS color

Fond de la page normal.

textcolor

CSS color

Couleur du texte de la page.

linkcolor

CSS color

Couleur du lien non visité.

visitedlinkcolor

CSS color

Couleur du lien visité.

headbgcolor

CSS color

Couleur de fond des titres.

headtextcolor

CSS color

Couleur du texte de titre.

headlinkcolor

CSS color

Couleur des liens de titre

codebgcolor

CSS color

Couleur de fond pour le code.

codetextcolor

CSS color

Couleur de texte pour le code.

bodyfont

CSS font-family

Police pour le texte.

headfont

CSS font-family

Police pour les titres.

Les logos ne peuvent excéder 200 pixels de large.

II-B-3. Quelques templates supplémentaires

Voici quelques exemples des templates tiers les plus populaires pour Sphinx-doc.

Read The Doc

https://github.com/snide/sphinx_rtd_theme

Probablement le plus usité, grâce entre autres au serveur Read The Doc permettant de centraliser l'ensemble de vos documentations Sphinx-doc.

Image non disponible

Bootstrap

https://github.com/ryan-roemer/sphinx-bootstrap-theme

Un autre thème assez répandu et ayant donné naissance à de nombreux dérivés.

Image non disponible

II-C. Format de sortie

Les formats de sorties proposés sont multiples. Voici les principaux (liste non exhaustive) :

Nom du format

Description

html

Constructeur par défaut, il permet de générer de la documentation au format HTML. On peut entre autres s'en servir pour générer un petit site web.

htmlhelp

Permet de générer un fichier d'aide CHM.

qthelp

Permet de générer un fichier d'aide QT.

devhelp

Permet de générer un fichier d'aide GNOME.

latex

Permet de générer des fichiers LaTeX, qui peuvent servir eux-mêmes à créer un pdf.

man

Permet de créer une page du manuel d'aide.

epub

Permet de générer un fichier epub.

changes

Permet de générer un fichier des changements.

pickle/json

Permet de générer un fichier Json.

xml

Permet de générer un fichier xml.

III. Structure

À la création d'un projet, vous avez la possibilité de séparer les fichiers source des fichiers générés. C'est une option que je vous recommande d'utiliser, car elle permet de bien compartimenter les différents fichiers. C'est la structure qui sera adoptée pour la suite.

Dans le dossier source, vous trouverez alors de base quatre éléments.

III-A. _static

Le dossier « _static » est le dossier par défaut contenant les images qui seront utilisées dans la documentation.

Pour une compatibilité optimale, je vous conseille le format PNG, qui permet entre autres la transparence.

III-B. _templates

Ce dossier est celui qui contiendra vos templates supplémentaires si besoin.

III-C. index.rst

C'est le fichier d'index, votre page de démarrage en quelque sorte. L'extension rst correspond au fichier ReST.

Nous reviendrons sur son fonctionnement, une fois les bases du langage ReST passées en revue.

III-D. conf.py

Le fichier conf.py est le fichier contenant toute la configuration du projet de documentation : nom du projet, version, auteur, où trouver les images, log, quelles sont les options activées…

L'ensemble des éléments pouvant être paramétrés sont listés ICIhttp://sphinx-doc.org/config.html?highlight=conf#module-conf. Nous allons passer en revue les principaux et plus utiles.

Dans le fichier conf.py, ils sont presque tous présents, mais commentés. Pour en activer et modifier un, il vous suffit donc de le décommenter.

III-D-1. Langue

Plus de 30 langues sont actuellement prises en charge par Sphinx-doc. Cela ne concerne cependant que le texte généré automatiquement par l'outil. Tout texte que vous saisirez devra être dans la bonne langue.

 
Sélectionnez
1.
language = 'fr'

III-D-2. Configuration HTML

Il permet d'indiquer dans quel dossier chercher un template supplémentaire. Par défaut, on utilise généralement « _templates ».

  • templates_path = ['_templates']
  • html_theme = '<nom du thème dans le dossier _templates>'
  • html_theme_options = {} # options de personnalisation de template, dictionnaire
  • html_title = « Long Title »
  • html_short_title = « Short Title »
  • html_logo = « _static\logo.png »
  • html_favicon = « _static\favicon.png »
  • html_static_path = ['_static']

IV. Le langage ReST

IV-A. historique

ReST, pour Restructured Text est en réalité non pas un nouveau langage à part entière, mais une évolution de langages plus anciens.

SeText et Structured Text furent créés respectivement en 1992 et 1993. Ces langages permirent la naissance du ReST, qui vit le jour dans le but d'uniformiser la façon de coder et de corriger les défauts de ses prédécesseurs.

Son nom et surtout son acronyme visent à rappeler ses origines.

Utilisé depuis le début de XXIe siècle par la communauté Python, il est depuis 2008 partie intégrante de la communauté, notamment avec son rattachement à Sphinx-doc.

IV-B. Principe

ReST repose sur un principe très simple : appliquer les principes de la programmation à l'écriture de documentation.

En d'autres termes, imposer un certain formalisme afin de pouvoir générer n'importe quel type de documentation.

De plus, au fil du temps, certains mots-clés, des keywords, supplémentaires sont venus s'ajouter aux possibilités offertes par ReST, lui conférant la possibilité de s'interfacer avec certains langages de programmation par exemple.

IV-C. Fonctionnement

Quelle que soit l'action que vous désirerez réaliser avec ReST, certaines règles seront toujours valables. Ce sont ces règles que nous allons voir dans cette partie.

IV-C-1. Les directives

Le fonctionnement des directives repose sur le même principe que les blocs de code en Python : l'indentation.

ReST fonctionne sur des lignes dont les trois premiers caractères sont significatifs. Ils lui permettent de déterminer s'il s'agit de texte simple, d'une directive, ou de texte rattaché à une directive.

Dans le premier cas, on commence à écrire dès le début de la ligne.

Dans le deuxième cas, on saisira deux points, suivis d'un espace.

Enfin, dans le troisième cas, on se décalera toujours de trois espaces. Tant que vous respecterez ces trois espaces, alors vous resterez dans le bloc.

Voici à quoi ressemble une directive :

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
.. <nom>:: <arguments>
   :<options: <valeur> 
   <ligne vide éventuelle, parfois obligatoire>
   <le texte associé>

Les directives et leurs options (facultatives) doivent être collées (pas de ligne vide de séparation), mais doivent être séparées par des lignes vides de toute autre directive ou texte.

Cette dernière obligation est également valide pour les titres et les listes.

Ces directives peuvent être liées aux images, à des annotations, à du code… Grâce aux deux points successifs, vous les reconnaîtrez immédiatement.

Les directives peuvent s'imbriquer les unes dans les autres, même si cela n'est pas recommandé.

IV-C-2. Le fichier index.rst

Dans le fichier index.rst, sous le TOC, après trois espaces, marquez le nom d'un fichier rst

 
Sélectionnez
1.
   <nom>

On devra alors avoir un fichier <nom>.rst dans le dossier.

Le fichier index.rst est le sommaire, en quelque sorte, de votre documentation. Il utilise la directive « toctree » qui lui permet d'ajouter un index avec lien. Son option la plus couramment utilisée est « maxdepth », qui permet d'indiquer le niveau de titre maximal à utiliser.

Le template utilisé peut surcharger cette option.

L'ensemble des pages présentes dans ce sommaire sera ajouté au rendu final.

Pour ajouter une page à votre sommaire, ajoutez le nom de votre fichier (sans le « .rst »), après trois espaces. Il ne faut saisir qu'un seul nom par ligne.

Exemple :

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
.. toctree:: 
   :maxdepth: 2 

   Page0 
   Page1

La directive toctree peut être utilisée dans n'importe quelle page, et pas seulement la page index.

À la création du fichier index.rst, vous pouvez voir une section intitulée Indices and tables (en anglais). Cette section ne sera pas abordée dans ce tutoriel. Si vous êtes curieux, je vous invite à visiter cette pagehttp://sphinx-doc.org/markup/toctree.html?highlight=genindex.

IV-C-3. Espaces et sauts de ligne

ReST gère automatiquement les espaces et les sauts de ligne. Si vous saisissez plusieurs espaces à suivre, un seul apparaîtra en sortie.

Concernant les sauts de ligne, il faut laisser une ligne vide entre chaque bloc de texte. Si ce n'est pas le cas (simple retour à la ligne), alors ReST considérera qu'il est lié au précédent et adaptera la mise en forme (mise en gras par exemple).

IV-D. Mise en forme du texte

IV-D-1. Gras

Pour mettre du texte en gras, il faut utiliser les caractères « ** ».

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
**Exemple de texte en gras**

Image non disponible

IV-D-2. Italique

Pour mettre du texte en italique, il faut utiliser le caractère « * ».

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
*Exemple de texte en italique*

Image non disponible

Il est impossible de mixer les solutions ci-dessus. Vous ne pouvez utiliser qu'une seule option à la fois. De même, il n'est pas possible de souligner du texte, cela étant réservé aux liens.

Pour utiliser la mise en forme de texte au sein d'un texte, vous devez le faire précéder et suivre de « \ » (backslash + espace).

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
Exemple de texte avec un \ **mot**\  en gras

Image non disponible

IV-E. Titre

En ReST, les titres sont soulignés d'un caractère spécial indiquant leur niveau. Un même titre doit systématiquement être souligné du même caractère. Il doit y avoir autant de caractères spéciaux que de caractères dans le titre.

Vous pouvez considérer qu'il existe cinq niveaux principaux pour les titres. Cela permet de couvrir en général l'ensemble du besoin.

Niveau

Caractère à utiliser

1

*

2

=

3

-

4

~

5

+

Il existe en réalité plus de niveaux, mais ceux présentés ici suffisent dans la majorité des cas.

Le titre de page peut être souligné ET surligné de son caractère spécial « * ».

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
*************
Titre de page 
************* 

Titre de niveau 1 
***************** 

Titre de niveau 2 
================= 

Titre de niveau 3 
----------------- 

Titre de niveau 4 
~~~~~~~~~~~~~~~~~ 

Titre de niveau 5 
+++++++++++++++++

Image non disponible

IV-F. Échappement

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
On échappe les caractères spéciaux avec \\

Image non disponible

 
Sélectionnez
1.
2.
On peut couper une ligne de source \
de cette manière, pour une meilleure lecture.

Image non disponible

 
Sélectionnez
1.
Voici comment insérer du texte sans qu'il soit interprété : les caractères spéciaux sont ``\n, \r, \t``

Image non disponible

IV-G. Commentaires

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
************* 
Titre de page 
************* 

.. Ceci est un commentaire (« . » + « . » + espace)

Image non disponible

IV-H. Liste

IV-H-1. Classique

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
Liste classique 

 * ligne 1 
 * ligne 2 
 * ligne 3

Image non disponible

IV-H-2. Numérotée

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
Liste numérotée manuelle
 1. ligne 1 
 2. ligne 2 
 3. ligne 3

Image non disponible

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
Liste numérotée automatique
 #. ligne 1 
 #. ligne 2 
 #. ligne 3

Image non disponible

IV-I. Tableaux

Il existe trois principales méthodes pour faire des tableaux en ReST.

IV-I-1. Méthode 1

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
+-----+-----------+ 
| T0  |    T1     | 
+=====+=====+=====+ 
| x0  |  x1 | x2  | 
+-----+-----+-----+

Image non disponible

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
=====  =====  ====== 
    T0          T1 
------------  ------ 
 T01    T02    T11 
=====  =====  ====== 
  S1    S2      S3 
  S4    S5      S6 
=====  =====  ======

Image non disponible

IV-I-2. Méthode 2

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
.. csv-table:: Tableau de demo 
   :header: « Nom », « mail » 
   :widths: 40, 40 

   « Dupond », « Martin » 
   « Durand », « Eric »

Image non disponible

La méthode 2 présente l'avantage de permettre de fixer la largeur des colonnes. En contrepartie, vous ne pourrez fusionner des cellules.

IV-I-3. Méthode 3

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
.. list-table:: Exemple de tableau 
   :widths: 10 10 20 
   :header-rows: 1 
   :stub-columns: 1 

   * - Titre 1 
     - Titre 2 
     - Titre 3 
   * - Contenu 1 
     - Contenu 2 
     - Contenu 3

Image non disponible

Cette dernière méthode est certainement la plus pratique et la plus souple d'usage. Je la recommande donc.

L'option «:header-rows : » permet de fixer la barre de titre horizontale.

L'option «:stub-columns : » permet de fixer la barre de titre verticale.

IV-J. Insertion de bloc

IV-J-1. Texte/code depuis un fichier

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
************* 
Titre de page 
************* 

.. literalinclude:: _static/exemple.py

Image non disponible

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
.. literalinclude:: _static/exemple.txt
   :encoding: latin-1
   :start-after: debut
   :end-before: fin

Image non disponible

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
.. literalinclude:: _static/exemple.txt
   :encoding: latin-1
   :lines: 1,3-4

Image non disponible

IV-J-2. Code directement saisi

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
************* 
Titre de page 
************* 

.. code-block:: python 
   
   print(« hello world »)

Image non disponible

Pour la coloration syntaxique, Sphinx-doc utilise « pygments ». Grâce à cet outil, voici les principaux langages (liste non exhaustive) que vous pourrez utiliser dans Sphinx-doc.

ActionScript

Gettext catalogs

PostScript

Ada

Gherkin

POV-Ray scenes

ANTLR

GL shaders

PovRay

Apache config files

Gnuplot script

PowerShell

AppleScript

Groff markup

Prolog

Assembly

Groovy

Python 2.x and 3.x

Asymptote

Haskell

Ragel

Awk

HTML

Rebol

Bash shell scripts

HTTP sessions

Redcode

BBCode

IDL

Redcode

Befunge

INI-style config files

ReST

Boo

Io

Robot Framework

BrainFuck

IRC logs

RPM spec files

C, C++

Java

Ruby

C#

JavaScript

Rust

Cheetah templates

JSP

S, S-Plus, R

Clojure

Lighttpd config files

Scala

CMake

LLVM

Scheme

CoffeeScript

Logtalk

Scilab

ColdFusion

Lua

Smalltalk

Common Lisp

Makefiles

Smarty templates

Coq

Mako

SNOBOL

CSS

Matlab

SQL, also MySQL, SQLite

Cython

MiniD

Squid configuration

D

Modelica

Tcl

Dart

Modula-2

tcsh

Debian control files

MoinMoin/Trac Wiki markup

Tea

Delphi

MuPad

TeX

Diff files

Myghty

Vala

Django / Jinja templates

MySQL

Verilog

DTD

Nemerle

VHDL

Dylan

Nginx config files

Vim Script

ERB

Nimrod

Visual Basic.NET

Erlang

Objective-C

Visual FoxPro

F#

Objective-J

Windows batch files

Factor

OCaml

XML

Fancy

Octave

XQuery

Fortran

Perl

XSLT

Genshi

PHP

YAML

Pour trouver le mot-clé à utiliser, il vous faudra consulter la page des « lexer ». Un Lexer est simplement une sorte de traducteur permettant la coloration syntaxique.

Par exemple, pour Python, cette page vous indique ce qui suit :

class pygments.lexers.agile.PythonLexer

Short names:python, py, sage

Filenames:*.py, *.pyw, *.sc, SConstruct, SConscript, *.tac, *.sage

MIME types:text/x-python, application/x-python

For Python source code.

Ce qui est déclaré en tant que « shortname » est le mot-clé à utiliser dans Sphinx-doc, dans notre cas : « python ».

IV-K. Lien Hypertexte et de téléchargement

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
`Python <http://www.python.org/>`_

Image non disponible

 
Sélectionnez
1.
:download: `Mon logiciel <LINK>`_

Image non disponible

Remplacez LINK par le lien web de votre choix. De plus, il faut remplacer les espaces par %20 et les & par &amp.

IV-L. Image

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
************* 
Titre de page 
************* 

.. image:: _static/tux.png 
   :align: center

Image non disponible

Vous pouvez remplacer center par left (par défaut) ou encore right. De même, il existe l'option « :scale : 50% » qui vous permet de gérer la taille de l'image.

IV-M. Boite

Nous allons voir ici comment insérer ce qu'on appelle des boites. Il s'agit en réalité de Postit, en quelque sorte, que l'on peut insérer où on le désire dans la documentation.

IV-M-1. Voir aussi

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
.. seealso:: Ceci est une boite « voir aussi »

Image non disponible

IV-M-2. Note

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
.. note:: Ceci est une boite « Note »

Image non disponible

IV-M-3. Note de côté

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
.. sidebar:: Titre de la sidebar 
   
   Contenu de la sidebar

Image non disponible

IV-M-4. Attention

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
.. warning:: Ceci est une boite warning

Image non disponible

IV-M-5. A faire

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
.. todo:: Liste de choses à faire

Image non disponible

Pour afficher une liste à faire, il faut modifier le paramétrage dans conf.py. Ajouter « 'sphinx.ext.todo' » à la liste « extension », puis les lignes suivantes :

 
Sélectionnez
1.
2.
[extensions]
todo_include_todos=True

IV-M-6. Personnaliser

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
.. topic:: Titre du topic 

   Ceci est le contenu du topic personnalisé

Image non disponible

IV-N. Substitution

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
************* 
Titre de page 
************* 

.. |alias0| replace:: Batman 

Dans cette histoire, |alias0| est un personnage connu. |alias0| est également un héros.

Image non disponible

Faites bien attention à ce que vos « |alias| » soient bien entourés d'espaces. Sinon, ils ne seront pas interprétés comme il le faut.

IV-O. Note de bas de page

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
************* 
Titre de page 
************* 

Introduction aux notes de bas de page

NB0 [#f1]_ NB2 [#f2]_ 

Et une petite dernière

NB3 [#f3]_ 


.. rubric:: Footnotes 

.. [#f1] Nota Bene 1 
.. [#f2] Nota Bene 2
.. [#f3] Nota Bene 3

Image non disponible

IV-P. Citation

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
************* 
Titre de page 
************* 

« to be or not to be » [1]_ est une citation connue. 


.. [1] du célèbre Shakespeare

Image non disponible

La différence entre citation et Note de bas de page tient principalement au fait que les notes de bas de page sont à numérotation automatique.

IV-Q. Expression mathématique avec pngmath

Le module pngmath vous permet de saisir des formules mathématiques, au format LaTeX, et de les afficher sous la forme d'images. La directive est « math ».

Nous allons ici voir les principes de base. Pour des informations plus complètes, je vous renvoie vers ces liens : LIEN1, LIEN2, LIEN3.

Il faut séparer les différentes lignes de formules par une ligne vide. Toutes lignes écrites les unes à la suite des autres (sans ligne vide) seront considérées comme complémentaires. Par conséquent un alignement automatique sera effectué.

Les groupes sont contenus dans des accolades. Par groupe, il faut comprendre des numérateurs par exemple.

Tout caractère de délimitation (parenthèse, crochet, accolade) doit être échappé avec le caractère « \ ».

Désignation mathématique

Écriture LaTeX

Puissance

a^2

Indice

a_2

Mix

a^{2}_{3}

Fraction

\frac{numerateur}{denominateur}

Racine carrée

\sqrt[puissance]{valeur}

Sinus, cosinus, tangente

\sin, \cos, \tan, \arcsin, \arccos, \arctan

Somme

\sum_{valeur inferieure}^{valeur superieure}

Intégrale

\int_{valeur inferieure}^{valeur superieure}

Infini

\infty

Pi

\pi

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
*************
Titre de page 
************* 

.. math::
   \sum_{a}^{b} x_n = c_1 + c_2^3 + \cos(\pi)

Image non disponible

Pour utiliser cette fonctionnalité, il faut l'avoir activée à la création du projet de documentation. Pour l'activer après la création, je vous renvoie vers la documentation officielle.

Il ne faut pas oublier d'installer LaTeX & dvipng, sans quoi, le rendu en image ne sera pas effectué. Sous Linux, ajouter texlive-latex-extra (et ses dépendances) peut corriger des erreurs complémentaires.

IV-R. Documentation Python manuelle

Si vous le désirez, vous avez la possibilité de créer la documentation de votre code à la main. Pour cela, de simples directives existent. Nous allons voir ici les principales.

Directive

Description

 
Sélectionnez
1.
.. py:module:: name

Permet de définir un module ou un package.

 
Sélectionnez
1.
.. py:class:: name(parameters)

Permet de définir une classe.

 
Sélectionnez
1.
.. py:function:: name(parameters)

Permet de définir une fonction.

 
Sélectionnez
1.
.. py:method:: name(parameters)

Permet de définir une méthode.

 
Sélectionnez
1.
.. py:attribute:: name

Permet de définir un attribut.

 
Sélectionnez
1.
.. py:decorator:: name(parameters)

Permet de définir un décorateur.

 
Sélectionnez
1.
.. py:exception:: name

Permet de définir une exception.

Pour les paramètres complémentaires, ils sont communs avec la section IV.S.3. L'exemple en VI vous montrera comment mettre en application pratique les directives vues ci-dessus.

IV-S. Documentation Python automatique

Pour pouvoir autodocumenter son code, il faut agir à trois niveaux :

  • conf.py ;
  • les fichiers .rst ;
  • les docstrings.

De plus, il faut utiliser quelques commandes ReST spécifiques pour l'autodocumentation Python . Nous allons passer en revue les principales d'entre elles.

IV-S-1. Indiquer à Sphinx-doc où trouver le code Python

Cela se passe dans le fichier « conf.py ».

Par défaut, il y a une ligne commentée : « sys.path.insert(0, os.path.abspath('.')) »

Il faut décommenter cette ligne, puis remplacer le chemin actuel « . » par le chemin où se trouve votre code.

Bien entendu, si la documentation est dans le dossier de votre code, vous pouvez effectuer un « ../../ ».

De même, vous pouvez définir plusieurs chemins, mais toujours avec os.path.abspath().

IV-S-2. Côté fichiers .rst

Dans un fichier .rst, vous avez la possibilité d'écrire comme dans tout autre fichier .rst, en plus d'y ajouter la documentation automatique de votre code.

Ainsi, quand vous désirez ajouter une documentation précise (module, classe…) vous avez juste à saisir la directive adéquate, et préciser ses éventuelles options.

Chaque élément (module, fonctions…) est appelé « membre ».

Saisie ReST

signification

 
Sélectionnez
1.
.. automodule:: nom_du_module

Indique quel module documenter. Existent aussi en autoclass, autoexception.

 
Sélectionnez
1.
   :members:

Option : fait apparaître les éléments publics (qui ne commencent pas par « _ »). Si on ajoute des noms, ne prend que les membres nommés, sinon prend tout.

 
Sélectionnez
1.
   :special-members:

Option : permet d'indiquer de stipuler les constructeurs dans le cas des éléments publics seulement.

 
Sélectionnez
1.
   :undoc-members:

Option : permet d'afficher également dans la documentation les membres sans docstring.

 
Sélectionnez
1.
   :private-members:

Option : montre les éléments privés en plus.

 
Sélectionnez
1.
   :show-inheritance:

Option : montre les classes mères dont héritent les classes documentées.

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
.. autofunction:: nom

Documente juste une fonction. Ne possède pas d'option.

IV-S-3. Côté docstrings

Dans les docstrings des modules/packages

Ce qui suit ne concerne que la docstring pour les modules et les packages.

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
.. module:: nom

Indique le début de la description d'un module, package ou sous module.

 
Sélectionnez
1.
   :platform: Unix, Windows, Mac

Indique la plate-forme cible. Seules trois valeurs sont admises.

 
Sélectionnez
1.
   :synopsis: resume

Permet d'ajouter un résumé rapide.

 
Sélectionnez
1.
..moduleauthor:: premier <premier@o.fr>

Permet d'indiquer le nom de l'auteur et son mail. Il est possible de définir plusieurs auteurs. Il faut alors un « moduleauthor » par auteur.

Dans les autres docstrings

En plus de texte explicatif de la docstring, on peut utiliser les tags du tableau ci-dessous. Les paramètres, arguments… sont appelés des « éléments ».

Saisie ReST

Rendu final

 
Sélectionnez
1.
:param nom_param: description

Permet de décrire un paramètre. Une description par paramètre.

 
Sélectionnez
1.
:arg nom_arg: description

Permet de décrire un argument. Correspond au args de « *args et *kwargs ».

 
Sélectionnez
1.
:key nom_key: description

Correspond au kwargs de « *args et *kwargs ».

 
Sélectionnez
1.
:var nom_variable: description

Permet de décrire une variable.

 
Sélectionnez
1.
:type element: description

Permet de décrire le type de l'élément. Bien qu'on puisse inscrire ce que l'on veut, il faut utiliser autant que possible les valeurs suivantes :Callable, int, float, long, str, tuple, list, dict, None, True, False, boolean.

 
Sélectionnez
1.
:returns: description

Permet de décrire ce qui est retourné. Va de pair avec:rtype:

 
Sélectionnez
1.
:rtype: int

Permet de définir le type de la variable retournée.

 
Sélectionnez
1.
:raises nom_exception: description

Permet de préciser une exception levée. Pour en déclarer plusieurs, il faut alors une ligne par exception.

À l'intérieur des docstrings, les sauts de ligne apparaîtront dans l'autodocumentation.

Vous pouvez utiliser plusieurs fois à suivre le couple « :return:/:rtype: » si vous retournez plusieurs éléments.

V. Pratique : créer une simple documentation

Je vous recommande de compartimenter au maximum votre documentation, pour des raisons de maintenabilité et d'aisance de lecture. Pour cela, externalisez au maximum le code et toute référence textuelle spécifique (1 fichier/cas).

Pour mieux structurer mes documentations, je crée un dossier « _code » pour mes fichiers source et un dossier « _refs » pour mes références diverses (texte principalement, dans des fichiers txt).

V-A. Installation de Sphinx-doc

Toute la procédure d'installation sous les différents OS est détaillée sur la page dédiée officielle de Sphinx-doc.

Chaque cas étant différent, je vous invite à consulter cette page afin de trouver la méthode adéquate à votre cas.

V-B. Création d'un nouveau projet

Pour créer un nouveau projet, ouvrez un terminal, ou une commande DOS, placez-vous dans le dossier où vous désirez créer votre documentation (cas échéant, créez un dossier dédié avant de continuer) et lancez la commande « sphinx-quickstart ».

Commence alors l'interrogatoire afin de créer la structure de votre documentation. Chaque question indiquera sa valeur par défaut (en cas d'un appui direct sur entrée), entre crochets.

Sphinx-Quickstart est exclusivement en anglais. De plus, il ne fait pas de distinction Linux, Windows, Mac. Ne soyez donc pas étonné de voir des questions relatives à un autre OS.

>Root path for the documentation

Indiquez ou créez la documentation. Par défaut, l'emplacement où vous vous trouvez.

>Separate source and build directories (y/N)

Répondez toujours oui (y) à cette question, toujours dans le but de bien compartimenter votre code. Cela créera deux dossiers : un pour les sources, et un pour les builds.

>Name prefix for templates and static dir

Permet de stipuler le préfixe pour vos dossiers et fichiers rattachés à Sphinx-doc. Je vous conseille fortement de laisser ce paramètre à sa valeur par défaut : « _ ».

>Project name

Saisissez ici le nom de votre projet, en respectant la casse.

>Author name(s)

Saisissez ici les noms des auteurs.

>Project version

Indiquez ici la version de votre projet.

>Project release

Indiquez ici la release de votre version. Par défaut à la même valeur que la version.

>Source file suffix

Sert à préciser le suffixe des fichiers sphinx-doc. Je vous conseille de laisser ce paramètre à sa valeur par défaut : « .rst ».

>Name of your master document (without suffix)

Permet de préciser comment s'appellera la première page de votre documentation. Je vous conseille, là aussi de laisser le paramètre à sa valeur par défaut : « index ».

>Do you want to use the epub builder (y/N)

Si vous désirez pouvoir générer des epubs, placez ce paramètre à oui.

>autodoc: automatically insert docstrings from modules (y/N)

Ce paramètre doit être placé à oui, afin de pouvoir documenter du code Python.

>doctest: automatically test code snippets in doctest blocks (y/N)

Je n'ai trouvé aucune info sur ce que fait vraiment ce paramètre.

>intersphinx: link between Sphinx documentation of different projects (y/N)

Ce paramètre vous permet de lier plusieurs documentations ensemble.

>todo: write « todo » entries that can be shown or hidden on build (y/N)

Si vous désirez faire apparaître les boites « todo » dans le rendu, alors renseignez ce paramètre à oui.

>coverage: checks for documentation coverage (y/N)

Ce paramètre permet de générer des statistiques sur la couverture de code, d'un point de vue documentation.

>pngmath: include math, rendered as PNG images (y/N)

Pour pouvoir insérer des formules mathématiques, telles que vues précédemment, placez ce paramètre à oui. Par défaut à « non ».

>mathjax: include math, rendered in the browser by MathJax (y/N)

Un substitut à pngmath, non explicité dans ce tutoriel. Par défaut à « non ».

>ifconfig: conditional inclusion of content based on config values (y/N)

Vous permet d'ajouter quelques contrôles de flux dans votre documentation. Au cours de mes utilisations et recherches, je n'ai jamais trouvé quelqu'un qui s'en servait. Par défaut à « non ».

>viewcode: include links to the source code of documented Python objects (y/N)

Ce paramètre vous permet de rajouter des liens vers votre code Python au sein de votre documentation. Par défaut à « non ».

>Create Makefile? (Y/n)

Génère un script gérant le rendu de la documentation dans le format désiré. Par défaut à « oui ».

>Create Windows command file? (Y/n)

Permet de faire l'interface entre Windows et le script Makefile. Par défaut à « oui ».

Voilà, la structure de base de votre documentation est désormais prête.

Vous disposez alors d'un sous-dossier source, contenant un dossier « _static », et les fichiers index.rst et conf.py. Le sous-dossier build, lui, sera créé lors de votre premier rendu.

Maintenant que nous avons vu comment créer une structure de base, passons aux choses sérieuses.

V-B-1. Notre projet de démo

Pour cette petite démo, nous aurons, outre la page d'index, deux pages, l'une contenant un petit speech et un lien, et l'autre une formule, une image, un texte et quelques boites. Un tout petit projet donc, totalement bateau, mais néanmoins suffisant pour prendre l'outil en main.

Commencez donc par vous créer un nouveau projet (vous êtes libre du choix de vos divers paramètres). Une fois votre projet créé, allez dans le dossier source, et créez deux fichiers texte supplémentaires que vous nommerez « Page0.rst » et « Page1.rst » (attention à l'extension).

Ensuite, ouvrez index, Page0 et Page 1, et modifiez-les de la façon suivante, avant de les enregistrer :

Index.rst (complétez après l'entête de votre projet).

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
Bienvenue sur cette documentation 
================================= 

Contents: 

.. toctree:: 
   :maxdepth: 2 

   Page0 
   Page1

Page0.rst

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
************ 
Premiere page 
************* 

Introduction 
************ 

Ceci est le texte de la première page de notre demo. Il vise \ 
à introduire le fonctionnement de Sphinx-doc pour créer de la documentation. 

Lien 
==== 

Pour plus d'informations sur Sphinx-doc, je vous invite à consulter le `site officiel <http://sphinx-doc.org/>`_.

Page1.rst

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
************ 
Seconde page 
************ 

Formule 
******* 

.. math:: 
   \sum_{a}^{b} x_n = c_1 + c_2^3 + \cos(\pi) 

Image 
***** 

.. image:: _static/tux.png 
   :align: center 

Texte 
***** 

Voici un second texte pour notre Démo. 

.. note:: 
   J'espère que cela vous parle un peu plus que la présentation présente.

V-C. Génération de notre documentation au format HTML

Maintenant que nous avons organisé notre documentation et complété les différents fichiers, il ne nous reste plus qu'à générer la documentation au format HTML.

Pour cela, depuis un terminal, placez-vous à la racine de votre dossier de documentation, là où se trouve le Makefile, puis lancez la commande « make html ».

Sauf erreur, laquelle vous serait explicitement signalée, la documentation a été générée. Vous disposez alors d'un nouveau sous-dossier nommé « build », qui contient lui-même un dossier « html ». À l'intérieur de ce dossier, vous trouverez l'intégralité de votre documentation au format HTML. Lancez alors la page d'accueil (index.html par défaut).

Si vous ajoutez/supprimez une nouvelle page, il vous faudra totalement supprimer le contenu du dossier HTML, puis régénérer toute la documentation. En effet, sans cela, l'ensemble des pages ne seront pas mises à jour et vous aurez des liens absents sur les pages déjà créées.

V-D. Rendu final

Image non disponible

Image non disponible

Image non disponible

VI. Pratique : autodocumenter son code Python

Maintenant que nous avons vu comment créer une documentation simple, nous allons monter en complexité, en nous interfaçant avec du code source Python, et en documentant automatiquement ce code.

Je vous laisse donc créer un nouveau projet. Par contre cette fois, n'oubliez pas d'activer le paramètre « autodoc ».

Une fois dans le dossier source, créez un fichier « autodoc.rst », puis un fichier « demo.py ». Ensuite, créez un dossier « mon_package », et placez-vous dedans.

Maintenant, créez un fichier « __init__.py__ » et « mon_module.py ».

Voici une représentation visuelle. « Conf.py » n'a volontairement pas été représenté. Cette vue vise à représenter uniquement les fichiers qui vont interagir dans notre cas.

N'oubliez pas de décommenter le chemin d'accès aux sources dans le fichier conf.py.

Image non disponible

Éditez l'ensemble des fichiers, et renseignez-les de la façon suivante :

Index.rst (complétez après l'entête de votre projet).

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
Bienvenue sur cette documentation 
================================= 

Contents: 

.. toctree:: 
   :maxdepth: 2 

   autodoc

Complement
==========
Comme promis voici un petit exemple de documentation manuelle

.. py:function:: ma_fonction(arg00, arg01, arg03='4')

   :param arg00: premier argument
   :type arg00: int
   :param arg01: second argument
   :type arg01: dict
   :param arg02: troisieme argument
   :type arg02: str
   :return: l'ensemble des elements demandes
   :rtype: list

autodoc.rst

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
************************
Page d'autodocumentation
************************

demo.py
=======

Voici l'autodocumentation d'une simple fonction de module

.. autofunction:: demo.ma_fonction_simple

mon_package
===========

Voici l'autodocumentation d'un package/module

.. automodule:: mon_package

demo.py

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
# -*- coding: utf-8 -*-

def ma_fonction_simple(numerateur, denominateur):
    « " »
    Effectue une division

    :param numerateur: le numerateur de la division
    :type numerateur: int
    :param denominateur: le denominateur de la division
    :type denominateur: int
    :return: la valeur entiere de la division
    :rtype: int
    « " »

    if denominateur == 0:
        print « denominateur interdit »
    else:
        result = int(numerateur)/int(denominateur)
        return result

if __name__ == « __main__ »:
    print ma_fonction_simple(4,2)

__init__.py

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
« " »
.. automodule:: mon_package.mon_module
   :members:
« " »

Veuillez noter l'action effectuée ici. Pour que « automodule » fonctionne sur toute la chaîne du package, il faut créer des relais. C'est ce qui est effectué ici, dans le « __init__.py ».

De même, remarquez l'utilisation du « members ». Il permet de préciser que l'on désire une récursivité dans la documentation. Sans cela, l'autodocumentation se limiterait au seul module. Essayez de le supprimer pour voir.

mon_module.py

 
Sélectionnez
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
33.
34.
35.
36.
37.
38.
# -*- coding: utf-8 -*-

« " »
Ce module n'est la qu'a titre demonstratif
« " »

class MaClasse():
    « " »
    ceci constitue l'unique classe de mon_package.mon_module

    :param arg: argument du constructeur
    :type arg: int
    « " »

    def __init__(self, arg):
        « " »
        Ceci est le constructeur de MaClasse

        :param param: p1
        :type param: int
        « " »
        None

    def print_hello(self, name):
        « " »
        Permet d'imprimer le message « hello <nom> »

        :param name: le nom de l'usager
        :type name: str
        :return: un message personnalise
        :rtype: str:
        « " »
        print « hello » + name
        return « Bonjour souhaite a » + name

if __name__ == « __main__ »:
    mon_objet = MaClasse()
    print mon_objet.print_hello(« ami lecteur »)

VI-A. Génération de notre documentation au format HTML

Ici rien de sorcier, la procédure est la même que tout à l'heure.

VI-B. Rendu final

Image non disponible

Image non disponible

Veuillez remarquer que le constructeur n'est pas documenté. De fait, si vous désirez documenter le constructeur d'une classe, les directives « :param: », « type: »… doivent alors être placées dans la docstring de la classe, et non dans le constructeur.

VII. Conclusion

Comme nous venons de le voir, Sphinx-doc est un outil extrêmement puissant permettant d'uniformiser les outils de documentation.

Largement reconnu par la communauté Python et professionnelle, de nombreux forums, sites spécialisés… existent sur le sujet et sont sources d'assistance et d'astuces afin d'aller toujours plus loin.

De même, la documentation en ligne de Sphinx-doc est très poussée, et pour peu que vous vous donniez la peine de chercher, vous trouverez ce que vous intéresse.

Pour conclure, ce logiciel fait ainsi partie de cette catégorie d'indispensables permettant de se simplifier la vie tout en optimisant la qualité du travail effectué.

VIII. Liens

IX. Remerciements

Merci aux personnes suivantes pour leur aide dans la rédaction de cet article :

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Licence Creative Commons
Le contenu de cet article est rédigé par GALODE Alexandre et est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 non transposé.
Les logos Developpez.com, en-tête, pied de page, css, et look & feel de l'article sont Copyright © 2013 Developpez.com.